Skis-HS

Skis de randonnée : les grandes casses

C’est la fin de la saison de ski de rando et lors du nettoyage de printemps, nous dégageons un tas de skis de randonnée stockés dans la réserve. Tous sont hors d’usage. En revanche, tous n’ont pas subi les mêmes dommages. Petit tour d’horizon des principales casses sur les skis de randonnée, agrémenté de quelques conseils pour les préserver.

Anatomie des skis : noyau, carres et semelles

En général, le noyau du ski est en bois. Paulownia, peuplier, bambou… les essences varient selon les caractéristiques que l’on veut donner au ski. On utilise parfois de la mousse. Le noyau en bois ou en mousse sera sensible aux infiltrations d’eau qui peuvent fragiliser le ski.

La semelle est la partie en contact avec la neige. En ski de rando, les semelles sont à surveiller, car elles peuvent vite être rayées ou trouées par des rochers, branches d’arbres, etc…

Les chants sont les parties latérales qui lient semelle et noyau. Lors d’une compression, ils peuvent se désolidariser du reste du ski.

Les carres sont en acier, elles englobent la semelle et permettent au ski de mordre la neige. Bien que résistantes, les carres peuvent être endommagées lors de chocs contre des pierres ou d’autres obstacles.

Les skis de randonnée ont beau être solides et conçus à base de matériaux composites résistants, il arrive qu’ils ne résistent pas à certaines contraintes. Chocs, usure due à l’humidité… Parfois, le ski est réparable et il ira faire un tour à l’atelier chez Montania. Dans d’autres cas, les dommages sont trop importants : fixations arrachées, infiltrations d’eau, chants désolidarisés…

Types de dommages sur les skis de randonnée

Arrachement des fixations

Ce type de dommage est sans doute le plus fréquent sur les skis de rando car la fixation est la partie qui va recevoir le plus de contraintes. Il suffit que la fixation soit fragilisée (visserie mal réglée, infiltrations, perçage antérieur trop proche…) pour que le bras de levier arrache la visserie.

Infiltrations

Bien faire sécher ses skis est important car les fixations peuvent rouiller sous l’effet de l’humidité. Il est donc conseillé de les faire sécher et de passer un coup de chiffon après chaque sortie, en particulier avant de les remiser avant l’été. Les dernières sorties de la saison se font souvent sur de la neige de printemps bien humide. S’ils sont rangés un peu vite, l’eau qui s’infiltre dans les fixations peut les fragiliser et causer des arrachements.

Perçages

Pour changer de fixations ou pour les déplacer, il est nécessaire de repercer. Des perçages répétés ont tendance à fragiliser le ski (cela dépend de la structure du ski. Un ski avec une plaque titanal y sera beaucoup moins sensible). Partant du principe qu’un ski de rando est un ski léger, il est préférable de percer à 5 mm d’un trou existant. On observe parfois des trous de perçages rebouchés (colle à bois, epoxy). S’ils sont mal rebouchés, de l’eau s’infiltre et peut faire pourrir le noyau du ski, ce qui fragilisera la tenue de la fixation.

Carres endommagées

Un choc important peut endommager les carres. Taper une pierre dans une descente ou subir un choc durant une manip ou un transport n’est pas rare. Il est possible de redresser une carre si celle-ci a été pliée, en revanche, une cassure sur la carre est irréparable. Il n’y a alors pas d’autre alternative que de différencier ski droit et ski gauche et ne pas risquer l’arrachement. Si la casse est vraiment importante, il n’y a pas d’autre choix que de se séparer du ski.

Chants apparents

Lors d’une compression, les chants peuvent se désolidariser. Cela arrive en appuyant fort sur les skis, par exemple en réception après une courbe, bosse, etc… Dans ce cas, le dégât est presque imperceptible, jusqu’à ce que l’on plie le ski pour voir les chants en bois sortir au dessus de la semelle. Cela peut créer une entrée d’eau, qui à terme, peut fragiliser le noyau et conduire à la délamination du ski (dissociation des couches).

Fracture du ski

En général, ce type de problème est plus récurrent sur des skis de randonnée légers. Cela dit, quel que soit le type de ski, les contraintes et compressions exercées lors d’une rupture de pente ou du franchissement d’un relief avec une différence de niveau peuvent créer de la casse sur toute la structure du ski. c’est le cas lors d’un choc frontal (casse de la spatule) ou d’une réception à cul (casse du talon).

Préserver ses skis de randonnée

Qui veut aller loin ménage sa monture. Pour préserver vos skis de rando, nous pouvons vous suggérer de :

  • Protéger vos skis de l’humidité (les sécher après chaque sortie avec un chiffon, surtout au niveau des carres)
  • Éviter de multiplier les perçages sur les fixations
  • Vérifier que les vis sont bien placées et bien serrées
  • Vérifier régulièrement l’état de vos skis (contrôle visuel ou contrôle fait par un professionnel)

À la base, il est important de disposer de matériel adapté à sa pratique, qui va durer plus longtemps.

Choisir le matériel qui correspond à votre type de pratique

Si les skis ne sont pas en cohérence avec le gabarit du skieur, avec son type de fixation, ou ne sont pas adaptés à son type de pratique, il peut vite y avoir de la casse… Déterminer votre famille de ski préférée (ski femme, ski léger, ski polyvalent, ski freerando, ski freeride) en fonction de vos priorités et de votre utilisation est essentiel : les contraintes ne sont pas les mêmes pour du 100% rando, de la rando légère, du polyvalent, de la freerando ou du freeride proche des stations… En règle général, il est déconseillé de descendre à fond sur les pistes avec des skis légers de moins de 1000g, vous allez vieillir prématurément la structure du ski. De la même manière, on pensera à associer fixations et skis pour avoir une cohérence au niveau de l’ensemble (en cas de doute, demandez conseil à un professionnel).

N’hésitez pas à venir nous voir à l’atelier

Durant la saison de ski, entre novembre et avril, n’hésitez pas à prendre rendez-vous dans notre atelier pour que nous nous chargions de l’entretien de vos skis, par exemple rebouchage, surmoulage, réparation de la spatule, du talon ou des carres ou perçage des fixations…

Pose de fixations à l'atelier

Enfin, les skis de randonnée ne pouvant être réparés seront pris en charge pour être recyclés. Ils seront par la suite transformés en matières premières et en combustibles. On vous explique tout ça en détail dans notre prochain article sur le recyclage des skis de randonnée chez Montania.


Merci pour votre lecture et à bientôt !

David

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.