Montura-doudoune-synthétique-1200

S’habiller pour le ski de rando : nos conseils

S’habiller pour le ski de rando demande d’adapter sa tenue vestimentaire au cas par cas en fonction de sa course (altitude, météo, massif), de sa propre expérience et de son ressenti thermique. Nous sommes en effet soumis à de grandes variations de températures, que ce soit selon les mois de pratique ou le moment de la journée. Pour cette raison, notre tenue doit nous permettre d’éviter d’avoir trop chaud et de beaucoup transpirer à la montée, tout en n’ayant pas trop froid au sommet, à l’arrêt ou à cause du vent et pendant la descente.

Pause-a-ski-de-rando-Colltex

Découvrez dans cet article nos conseils pour s’habiller en ski de rando dans une optique loisir, dans les milieux naturels. Nous avons volontairement exclu les tenues de ski alpinisme de compétition (combinaisons intégrales ultra-respirantes) et tenues de ski hors-piste (type freeride en station).

1- Les sous-vêtements techniques en ski de rando

Chauds et respirants pour évacuer l’humidité

Cette première couche doit être chaude et respirante. Les tee-shirts, collants, chaussettes, doivent disposer de bonnes propriétés d’absorption et d’évacuation de la sueur pour garantir un confort thermique et isolant dans toutes les conditions climatiques. Pour le ski de randonnée, nous pouvons utiliser les exemples suivants :

  • Tee-shirt manches longues (col rond ou 1/4 zip)
  • Collant 3/4 idéal au dessus de la chaussure de ski
  • Chaussettes fines et respirantes (on transpire pas mal dans les chaussons thermo-formables)

Les sous-vêtements pour le ski de randonnée peuvent être à base de laine mérino (Sensor, Smartwool, Icebreaker), de pulpe de bois (Natural Peak), ou en matières synthétiques (Odlo, Craft). Les sous-vêtements en synthétique sont très respirants mais une fois trempés par la sueur, ont une fâcheuse tendance à sentir très fort (ce qui fonctionne sur 2 heures mais pas pour un week-end ski de rando ni un raid à ski d’une semaine). C’est pourquoi nous recommandons en magasin la pulpe de bois et la laine mérino.

Notre conseil : la laine mérino et la pulpe de bois

Le mérino, doux et chaud

La laine mérino reste la meilleure option en terme de chaleur/absorption d’humidité. Naturelle et douce, elle ne gratte pas et reste chaude, même mouillée ou lors des pauses. Respirante, elle peut être utilisée plusieurs jours sans mauvaises odeurs, à la différence des textiles synthétiques.

La grande qualité du mérinos est principalement la chaleur (au-delà de sa douceur caractéristique). Plusieurs marques en Europe fabriquent des sous-vêtements intégralement en laine mérino, parmi lesquelles Sensor, notre chouchou du moment :D. Pour être plus résistants, certains sous-vêtements comportent du polyester recyclé en plus de la laine mérinos, pour plus de durabilité de la fibre. C’est le cas chez Sensor, qui utilise en moyenne quatre bouteilles plastiques recyclées pour un t-shirt.

Les sous-vêtements en laine mérinos de la marque Sensor sont à retrouver dans notre magasin de Chambéry, ou disponibles en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

La pulpe de bois : chaude, résistante et élastique

La pulpe de bois comporte également une excellente régulation thermique, tout en permettant une grande solidité. Elle est anti-odeur, confortable (effet « seconde peau naturelle »), et évacue bien la transpiration. Stretch et solide, écologique et recyclable, c’est une alternative très intéressante au mérinos.

Concept Natural Peak

Le Tee-shirt homme fibre de bois 150 LACHAT (au printemps) et le collant 3/4 Sire 240 (en hiver) chez Natural Peak sont parfaitement en accord avec l’activité ski de randonnée. Ils sont à retrouver dans notre magasin de Chambéry, ou disponibles en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

En ski de rando, préférez les chaussettes fines

La chaussure de ski possède un chausson thermoformé léger pour épouser le contact du pied et obtenir un maximum de précision, mais la matière plastique de la coque et l’enfermement du pied laissent peu de place à la respirabilité. C’est pourquoi la chaussette doit être fine et respirante afin de pouvoir évacuer l’humidité. On retrouve ainsi plusieurs modèles en laine mérino (Sidas, Smartwool), et d’autres en synthétique très respirantes et solides chez X-Socks, Sidas. On aime retrouver sur une chaussette de ski de rando un renfort au niveau du tibia et du talon ainsi qu’une zone stretch sur le coup de pied. Elle doit être précise en pointure 2 à 2 (39/41, 42/44 etc…) et avoir un pied droit et gauche différenciés pour les malléoles. Ne faites donc pas l’erreur d’utiliser des chaussettes de ski alpin « classiques » type bouclettes, qui seront trop épaisses, trop chaudes et insuffisamment respirantes.

Retrouvez les chaussettes ski de randonnée dans notre magasin de Chambéry, ou en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

2- Polaires pour garder la chaleur

La veste polaire est la seconde couche la plus communément utilisée pour garder la chaleur sur le haut du corps. Plusieurs types de polaires « thermiques » peuvent constituer une 2e couche idéale pour le ski de randonnée, par exemple les modèles GRID pour la respirabilité mais aussi certains modèles Powerstretch très extensibles ou d’autres type HighLoft avec des renforts sur les épaules pour le port du sac à dos.

Notre conseil : privilégier des polaires respirantes

L’intérêt est de trouver l’épaisseur appropriée pour ne pas avoir trop chaud ni trop froid. Polaire technique, micro polaire, veste polaire épaisse, le choix de la seconde couche idéale dépend de plusieurs facteurs comme la morphologie du skieur, le type de pratique (montée tranquille à 300m/h ou performance/gros dénivelés à 900m/h) ou encore des conditions du jour (soleil ou nuageux, décembre ou avril…).

Les polaires types Grid (petits carreaux) chez Montura, avec ou sans capuche sont une bonne option car elles sont conçues spécialement pour le ski de randonnée. L’air circule par des petits canaux. Le tissu est à la fois respirant et extensible. Elles garantissent un apport de chaleur suffisant pendant l’effort tout l’hiver, à la différence des micro-polaires, très légères et fines à réserver pour une utilisation printanière.

La polaire « ski de rando » ne doit pas être trop épaisse. Elle doit jouer le rôle de couche « active » et apporter une certaine respirabilité. Les vestes polaires sont à retrouver dans notre magasin de Chambéry, ou disponibles en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

3- Vestes et pantalons pour le ski de randonnée

Le Softshell : coupe vent et respirant

La veste « softshell »

Le ski de randonnée est une activité « active » qui va requérir des vêtements qui puissent réguler la transpiration et la chaleur, tout en permettant d’isoler du vent, de la bruine ou de la neige… C’est pourquoi nous conseillons en ski de rando tous les concepts dits « softshell » comme une couche de vêtement respirante, coupe-vent et déperlante. Ce tissu léger est idéal pour des efforts en montée, sur les crêtes en plein vent et à la descente. Si l’on prévoit bien ses couches inférieures, il est tout à fait possible de conserver sa veste Softshell du matin au soir sans la quitter. Cela évite d’ouvrir et fermer son sac 4 fois par jour pour trouver la bonne épaisseur de vêtements.

Grand choix de vestes softshell, respirantes, coupe-vent et déperlantes sont à retrouver dans notre magasin de Chambéry, ou disponibles en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

Le pantalon Softshell

Les pantalons softshell sont résistants au vent et aux intempéries légères. Ils seront beaucoup plus respirants que les pantalons gore-tex. Selon les modèles, ils seront constitués de plusieurs matériaux différents selon les zonages (fesses, cuisses, bas de jambe, envers du genou) pour des apports thermiques et de frictions différentiés. Les ceintures peuvent être classiques ou élastiques, les genoux renforcés, avec ou sans guêtres… Certains modèles de pantalons Softshell seront chauds car doublés polaire, d’autres plus respirants pour le ski de printemps.
A noter : il est toujours possible de glisser un collant 3/4 sous un pantalon fin pour la période froide de la saison de ski de rando.

Les pantalons softshell sont à retrouver et à essayer directement dans notre magasin de Chambéry, ou disponibles en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

La Veste softshell sans manche : idéale comme seconde couche

Le gilet softshell est un produit idéal comme vêtement actif ou en ski de printemps. Chez Montania, on l’aime à la fois pour son côté plus respirant qu’un coupe-vent avec manches et moins chaud qu’une polaire. 2ème couche idéale en ski de rando qui joue le rôle de coupe-vent sur le tronc uniquement, elle n’est pas imperméable mais très déperlante : elle ne craint ni le vent, ni la bruine. Les amateurs de gros dénivelés apprécient souvent ce type de veste sans-manches directement sur le sous-vêtement technique pour être à l’aise en montée, avec une veste chaude type doudoune dans le sac au cas où.

Les vestes sans manches type Softshell sont à retrouver dans notre magasin de Chambéry, ou disponibles en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

Le Gore-tex : coupe-vent et imperméable

La veste Gore-tex

La veste Gore-tex ou équivalent « hardshell » est un parfait équipement de protection (vent, pluie, neige) utilisable sous certaines conditions en ski de randonnée : au sommet pendant la pause, à la descente comme coupe-vent imperméable, ou en cas de chute dans la neige. Cela dit, nous déconseillons son usage à la montée. En effet, au bout de 10 minutes, c’est une véritable étuve la dessous ! En ski de randonnée, il s’agit souvent d’un équipement de sécurité utilisé comme accessoire en fond de sac au cas où. On apprécie les versions 3 couches Gore-Tex « Active » pour leur faible encombrement ainsi que les versions 2,5 couches Gore-Tex Paclite qui ne prennent pas de place dans le fond du sac à dos.

Un grand choix de vestes Gore-tex imperméables est à retrouver dans notre magasin de Chambéry, ou disponible en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

Le pantalon Gore-tex, imperméable mais peu (voire pas) respirant

On voit encore quelques pantalons « hardshell » dans l’univers du ski de randonnée. L’argument principal des inconditionnels du Gore-tex (au-delà d’avoir un seul pantalon pour toutes leurs activités, cascade de glace, alpinisme et ski de rando) est de pouvoir rester au sec, lors de conditions humides ou dans la neige profonde. Rester au sec, oui, mais en surface car si le Gore-Tex est imperméable, il n’est pas aussi respirant qu’un softshell et sera mouillé à l’intérieur par la transpiration… En effet, beaucoup de skieurs ont trop chaud à la montée dans un pantalon Gore-Tex imperméable et sont contraints d’ouvrir en grand les zips sur les cuisses pour être ventilés.

Nous déconseillons donc son usage en ski de randonnée, au profit d’un pantalon softshell. Il est éventuellement à réserver pour les conditions particulièrement froides et humides (forte neige, mélange pluie/neige). Des modèles « fond de sac », très légers, sont conçus pour être enfilés uniquement lors de la descente comme le Sur-pantalon imperméable unisexe GARA AERO, de la marque italienne SkiTrab.

Les doudounes en ski de rando

Les doudounes, très isolantes et thermiques sont à proscrire à la montée en ski de rando. Elle ne sont utilisées que pendant les pauses, au sommet pour se réchauffer, et en descente comme couche coupe-vent. En ski de randonnée, on les choisit donc assez fines et compactables dans le sac à dos. C’est un élément de sécurité en cas de mauvais temps en montagne. Nous conseillons en boutique des doudounes avec les meilleurs pouvoirs gonflants pour une parfaite isolation mais compactables dans une housse comme par exemple les doudounes en plume d’oie Koteka de la marque SirJoseph, 100% Made in Europe.

Un grand choix de doudounes en duvet et synthétique est à retrouver dans notre magasin de Chambéry, ou disponible en ligne en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

Gants, bonnets et bandeaux

Les gants et moufles pour le ski de rando

En ski de rando, les gants doivent être à la fois thermiques (milieu ambiant froid), mais aussi respirants pour ne pas les tremper de sueur à la montée (ce qui se révèle très problématique par la suite, par exemple dans le froid d’un couloir ou d’une descente). On souhaite qu’ils ne soient pas trop épais pour avoir de la sensation lors des manips de peaux mais aussi pour serrer ou desserrer ses boucles, son bouton boa, tourner sa fixation ou également bien sentir la poignée de ses bâtons, son piolet etc… Notre recommandation pour être bien à la montée est d’opter pour des gants assez fins et respirants type « softshell », à la fois coupe-vent et pas trop chauds.
Certains de ces gants softshell sont « 2 en 1 » car ils disposent d’une surmoufle imperméable pour la descente, comme le modèle COMBI EXPRESS PLUS chez Directalpine.

Gants Directalpine pour le ski de rando

De nombreux skieurs montent avec 2 paires de gants, une paire fine et respirante softshell pour la montée et une seconde paire de gants chaude et imperméable « typée alpin » (voire des moufles ou moufles 3 doigts), par exemple avec isolation ouate synthétique Primaloft. Dans le sac à dos, cette paire sera utilisée uniquement pendant la pause et pour la descente.

Gants Directalpine pour le ski de rando

Comme chacun possède une sensibilité au froid bien différente, il est préférable d’essayer plusieurs paires en magasin pour trouver une coupe, une épaisseur et une isolation idéale. Certaines marques annoncent des plages d’utilisation, par exemple -4°C à +4°C… Vous pouvez retrouver tous nos gants et moufles disponibles au magasin en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

Bandeaux et bonnets

Comme la doudoune ou les moufles chaudes, le bonnet épais est une option de sécurité à prendre dans le sac à dos en cas de conditions froides, ventées ou neigeuses et/ou pour la descente, mais il est trop chaud en tant que vêtement « actif ». Pour la tête, la meilleure option est le bandeau afin de protéger ses oreilles du froid. Respirant et séchant rapidement, le bandeau peut être fait de tissus synthétiques type lycra pour le côté léger et stretch, en laine mérinos ou encore en polaire « Grid » pour plus de chaleur. Il sera idéal sous le casque (léger) que l’on enfilera à la descente. Il est également possible d’utiliser un buff/tour de cou comme bandeau, bonnet fin ou tour de tête.

Retrouvez nos bandeaux tous disponibles en magasin en cliquant sur le lien suivant :

Lien Direct Montania-Sport.com

Conclusion : un équipement à ajuster selon plusieurs facteurs

Logo Avis Montania Sport

On parle toujours de l’importance des 3 couches en montagne, qui comprennent généralement des sous-vêtements techniques, une polaire et une veste Gore-Tex. Dans la pratique, en ski de randonnée, les règles ne sont pas figées. Il n’est pas rare de prendre dans le sac une doudoune comme 4e couche en plus d’une veste softshell, quand d’autres privilégient un gilet Windstopper et une veste type Gore-Tex. Tout dépend de ses habitudes, mais aussi de plusieurs facteurs.

La morphologie

Que l’on soit un homme ou une femme, que l’on pèse 80 ou 50kg, la notion de chaleur est propre à chacun. Elle dépend de chaque morphologie. Plus on possède de « gras » sur le corps, moins on est sensible au froid. Il faut donc adapter ses couches de vêtements selon ses sensations. Certains porteront des tenues très légères en 2 couches (tee-shirt+softshell) quand d’autres, pour la même sortie en auront 4 (sous-vêtement, micro-polaire, doudoune, Gore-Tex). Par exemple, on peut voir une femme de 55 kilos porter une doudoune en duvet en montée tandis que son compagnon supporte tout juste sa veste Softshell doublée en 2ème couche.

L’orientation et la météo

La météo, les températures, les versants (adret, ubac) où se déroule la sortie ski de rando ont un impact sur notre température corporelle. Si la sortie se fait en face sud, en mars, dans le Mercantour, on s’habillera légèrement (quitte à prévoir une polaire dans le sac au cas où). A l’inverse, pour le circuit des 3 cols à Chamonix qui se déroule en altitude au mois de février par exemple, on prévoira une bonne doudoune pour les haltes et une veste Gore-Tex car le temps change vite en Haute Montagne…

ski-de-rando-SkiTrab

La vitesse d’ascension

On ne choisit pas les mêmes vêtements selon son rythme en montée. Si on monte tout doucement, on aura certainement besoin de bonnes épaisseurs pour ne pas avoir froid (et encore). Certains arrivent à supporter une Gore-Tex en montée, mais la plupart du temps si l’on monte à un rythme classique, la veste Softshell sera idéale.
Dès que l’on monte très rapidement, le rythme est très intense et la transpiration abondante. Les couches sont à calculer au plus juste et on choisira les tenues les plus respirantes possible avec une couche coupe-vent uniquement pour la descente.

Exemples d’équipement pour le ski de rando selon les configurations :

ConfigurationVêtements portésVêtement de sécurité (sac)
Ski de printemps / montée rapide / météo clémente2 couches :
– sous-vêtements techniques
– veste softshell coupe-vent (avec ou sans manches)
doudoune fine ou veste Gore-Tex fine
Ski hivernal « classique », météo clémente3 couches :
– sous-vêtements techniques
– micro-polaire ou polaire
– veste softshell
doudoune fine ou veste Gore-Tex fine
Ski hivernal temps froid, neige3 couches :
– sous-vêtements techniques
– polaire
– veste gore-tex
doudoune
* il s’agit d’exemples donnés à titre indicatif, qui peuvent varier en fonction de la morphologie des skieurs

N’hésitez pas à nous consulter pour toute question via notre formulaire de contact ici.

Si vous le souhaitez, indiquez-nous dans les commentaires ci-dessous votre tenue idéale en fonction de votre massif de prédilection et période dans la saison. Nous le partagerons avec la communauté ski de rando qui se lance dans l’activité :D


Merci de votre lecture,

À bientôt !

David

2 réflexions sur « S’habiller pour le ski de rando : nos conseils »

  1. Super contenu !

    J’aime bien utiliser une veste de type polartec alpha pour la descente, à la place de la doudoune, car plus respirante et souvent bien assez chaude. Ça permet de sécher si l’on est encore un peu mouillé de la montée, et de ne pas avoir « l’effet cocotte minute » quand on s’arrête.

    Dans mon fond de sac, j’ai toujours « le vêtement de plus que le vêtement le plus chaud que j’ai prévu de mettre pour la sortie » c’est le « au cas où », donc soit une polaire pour mettre en dessous du coupe-vent/hardshell soit une doudoune synthétique (plus chaude en cas d’humidité) quand il fait froid.

    Pour les gants, c’est important d’avoir des gants qui sèchent vite (softshell ou avec une doublure amovible), tant à la montée qu’à la descente, car cela devient vite handicapant d’avoir des gants mouillés dès que l’on part plusieurs jours.

    Enfin, en cas d’utilisation de sac air-bag, il faut bien faire attention à pouvoir manipuler rapidement la poignée en cas d’urgence. Personnellement, je privilégie l’utilisation de gant trois doigts (des goufles ? ;p), ou de gants, plutôt que de moufles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.