Topo Eperon Frendo Camptocamp

Eperon Frendo à l’Aiguille du Midi par Niels et Dimitri Escoffier

Samedi 17 juin 2017.
Quel beau week-end que ce week-end là ! Il fait beau, il fait chaud, beaucoup de courses ont déjà été faites, les conditions sont globalement bonnes. Mais voilà, je suis gentiment convié au salon de Friedrichshafen pour découvrir les nouveautés matos de l’été 2018, le dimanche et lundi. Cela me laisse juste un jour pour me défouler un peu avant de partir en Allemagne. Je dormirai dans le fourgon !

Topo Eperon Frendo Camptocamp
Topo Eperon Frendo  en vert / source : Camptocamp.org

Le choix est vite fait : Cham bien sûr pour les remontées, l’Eperon Frendo, parce que c’est une voie mythique, avec peu d’approche, où l’on est rapidement dans le vif du sujet.

Sur le topo, le Frendo est une course cotée D se jouant entre 6h30 et 9h de la gare du téléphérique au Plan jusqu’à la sortie à l’Aiguille (2317m-3842m). Bref si on ne veut pas passer la nuit dans les toilettes de l’Aiguille du midi, il convient de réussir à prendre la première benne, histoire d’assurer le coup.

Le réveil est donc fixé à 4h30 du matin, pour un départ à 5h de Chambéry. Le temps de prendre un petit déjeuner une fois sur place et de prendre les billets, de dire bonjour à tout le monde (c’est fou comme le monde est petit à Chamonix…) nous prenons la benne de 7h30, 7h45 au Plan. Pas mal !

Approche de l'Eperon Frendo
Approche de l’Eperon Frendo

De la nous partons sans tarder sur le sentier évident menant à la non moins évidente attaque de la voie. Dimitri me montre sa technique pour bien s’échauffer le matin, et part en courant. Bon, OK…
Nous arrivons à l’attaque de la voie un peu moins de 45 minutes plus tard. Nous en profitons pour doubler la cordée ayant pris la première benne avant de commencer les difficultés.

Successions de ressaults dans l'Eperon Frendo
Successions de ressauts dans l’Eperon Frendo

Le temps d’enlever crampons et polaire (oui polaire aussi, il fait déjà assez chaud pour grimper en tee-shirt) et nous nous engageons sur une succession de dalles faciles et de vires jusqu’à arriver au pied de la première difficulté avec un pas vertical coté en V ou il faut un peu s’employer. Le reste de la course en rocher se fera de la même manière : de l’escalade facile, de la marche et des pas de 10m en V et 6a max. Sur la plupart des sections raides, des cordelettes sont en place et on peut facilement passer en A0 au besoin.

Grimpe dans l'Eperon Frendo
Grimpe dans l’Eperon Frendo : c’est beau et avec du bon granit comme on l’aime !
Eperon Frendo
Aiguille du Midi en vue :-)

Nous sortons de la partie rocheuse vers 12h30. Normalement il nous reste environs 1h30 pour sortir au pied de l’Aiguille. Une chose est sûre, on n’aura pas de problème à aller chercher la dernière benne ! Devant nous, les cordées parties la veille commencent les premières difficultés de glace. En effet, pour les personnes qui ont peur d’être un peu juste sur l’horaire, il est possible de monter au Plan la veille, de dormir la haut pour pouvoir commencer au lever du jour. Aux vues des nombreux emplacements de bivouac tout au long de l’ascension, il est même possible de dormir dans la voie !

Vue sur le départ de l'Eperon Frendo, là, tout en bas :-)
Vue sur le départ de l’Eperon Frendo, là, tout en bas :-)

Le temps de manger un FlapJack et de remettre les crampons et la polaire (on est quand même à 3500m) et nous attaquons la partie en neige. Normalement, à cette période de l’année, l’arête est sensée être en neige, ainsi que les première pentes, et la glace n’est sensée se trouver qu’aux parties les plus raides, à 85°.
Cependant, en ce mois de juin, nous voici, dès la sortie de l’arête, confrontés à une belle glace céruléenne, digne d’un mois d’aout. Et c’est donc contraint à brocher dans du 40° que nous rattrapons les cordées de la veille. Une cordée de deux, un client anglais et son guide, que chevauche une autre cordée de trois amateurs.

Un Flapjack ?
Un Flapjack ? Mummm, trop bon =)

Quel ne fût pas notre bonheur de voir le client anglais perdre son crampons à l’attaque des difficultés glacières et commencer à tailler des marches pour pouvoir continuer à avancer ! Etant donné le fatras de cordes que les personnes de devant s’évertuent joyeusement à emmêler, nous prenons la décision de rester derrière et d’attendre, patiemment, sans jamais s’énerver, avec le calme olympien qui nous caractérise, que tout le monde sorte dans le bon ordre de cette jolie course.

pentes de neige en sortie de l'Eperon Frendo
Pentes de neige en sortie de l’Eperon Frendo

Résultat, heureusement que nous étions large dans l’horaire car c’est avec près de 2h de retard sur ce que nous avions prévu que nous arrivons au pied de l’Aiguille. Mais qu’importe, il n’est même pas 16h et nous auront bien mérité notre bière à Chamonix.

sortie de l'Eperon Frendo en vue
Sortie de l’Eperon Frendo en vue
Sortie de l'Eperon Frendo
Sortie de l’Eperon Frendo

Fait notable au moment de la bière : en plus de Dimitri Escoffier, qui ne porte tout de même pas le nom d’un inconnu, étaient là pour partager ce moment Tom et Katia Lafaille, amis de longue date de la famille Escoffier. Que le monde est petit :-)

Arrivée sur la traversée Midi-Plan
Arrivée sur la traversée Midi-Plan

Au final une très belle course, dans de belles conditions, qui passe largement à la journée et qui aura su me canaliser un peu avant ce weekend de boulot, plaisir :-)

Vue sur le Mont Blanc du sommet de l'Eperon Frendo :-)
Vue sur le Mont Blanc du sommet de l’Eperon Frendo :-)

Une petite carte postale du Mont Blanc ?


Merci de votre lecture
A bientôt :-)
Niels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.