Comment choisir un ski de randonnée

Comment choisir un ski de randonnée ?

Avec une offre qui se compte désormais en dizaines de modèles de skis de rando parmi les marques Atomic, Black Crows, Blizzard, Dynastar, Dynafit, Elan, Fischer, Hagan, Movement, Majesty, Scott, Skitrab, Volkl etc…, le choix du ski peut parfois devenir cornélien. Voici quelques principes de base pour arriver à bien choisir un ski de randonnée !

Choisir un ski de randonnée n’est pas si simple. Cela dépend de son type de sorties en montagne, de ses secteurs de prédilection (Beaufortain, Aravis, Belledonne, Mercantour, Queyras, Pyrénées), de ses objectifs (raids à skis, autonomie, ou en club CAF, FFME etc…).

Pour se faire une première idée, on commence en général par choisir sa famille de ski de randonnée.

Journée ski test
Journée ski test sur Méribel : toute l’équipe Montania Sport est présente !

Choisir sa famille de ski de randonnée

Si l’on s’amuse à comparer l’activité ski de randonnée à l’activité vélo, on peut trouver quelques exemples d’utilisation :

1- La famille des skis de rando pour la compétition

Ce sont les vélos de contre-la-montre. Cette famille des skis de rando de compétition ultra légers (-800g le ski) est conçue pour les athlètes, les traileurs. Ces derniers recherchent la performance en montée, pour les entrainements et les courses du week-end. Un gros niveau de ski est exigé pour tenir ses planches à la descente ! Un objectif en tête : faire la Pierra Menta :-)

2- Les skis de randonnée légers (ou performance)

On peut ici faire le parallèle avec les vélos de route. Dans cette famille des skis de randonnée légers (900 à 1100g par ski), on retrouve des modèles performants pour de gros dénivelées. À utiliser pour les passages de plusieurs col en une journée, les raids à skis, lors de sorties de 1500m+ et plus… On privilégie le dénivelé, le côté sportif de la montée et la partie paysage. Pour la descente, ces skis sont un peu plus exigeants physiquement car très légers. Pour skieurs de niveau intermédiaire à bons skieurs.

3- La famille de skis de rando polyvalents

Ces modèles de la famille des skis polyvalents sont à rapprocher des VTT passe-partout. C’est un peu plus lourd, mais on sait que ça passe toujours ;-). Pour les sorties de 800m à 1200m+. Ils s’utilisent sur tous les terrains de ski de rando : Pyrénées, Alpes du Sud et du Nord, de la Corse à la Norvège etc… Avec eux, on est sûr de ne pas se tromper. Les ski conviendront dans toutes les conditions. Ils s’adressent à tous les skieurs de randonnée, du débutant au skieur de bon niveau.

4- Les skis de rando freerando

On parle ici des vélos DH (DownHill) ou descente. C’est la famille des skis freerando (contraction de ski freeride et ski de rando).
Plus lourd, plus large. Les skis s’élargissent et pèsent entre 1300 et 1600g pour une orientation clairement descente, avec une skiabilité qui se rapproche de l’alpin. Les dénivelés dépendent de la forme physique et des cuisses du randonneur par rapport au poids du ski ;-) Dans tous les cas, l’objectif est le plaisir à la descente !

Gamme complète des skis de rando Fischer 2019 testés à Méribel
Gamme complète des skis de rando Fischer testés à Méribel

Facteurs déterminant pour choisir un ski de randonnée

Pour choisir un ski de randonnée, nous allons étudier maintenant différents facteurs comparatifs. Les éléments qui rentrent dans l’équation sont notamment le poids, la ligne de cote, le rayon et la taille du ski.

1-Le poids d’un ski de rando

Un élément fondamental pour déterminer sa famille de ski

En ski de rando, nous passons en effet 85% de notre temps à la montée. Le ratio est généralement de 3h de montée pour 30 minutes de descente en moyenne.

On peut classer les skis en 4 familles de poids : les skis de -800g pour la compétition (skis alpinisme), les skis de 900g à 1100g pour les gros dénivelés (skis légers/performance), les skis de 1100g à 1290g pour la polyvalence (skis de rando passe-partout), et enfin les skis plus larges de 1300g à 1600g (skis freerando).

Plus un ski de rando est léger, plus agréable sera la montée et la randonnée. En contrepartie, il est plus technique à la descente. A l’inverse, plus un ski de rando est lourd, plus il vous en fera baver à la montée. En contrepartie, il sera clairement plus facile à skier en descente, pardonnera les petites erreurs et sollicitera moins vos cuisses à la descente. Cruel dilemme n’est ce pas ?

Le poids d’un ski de rando dépend de chaque skieur, de son niveau et de ses attentes

Donc attention à ne pas regarder uniquement le facteur poids d’un ski de rando. Si on exagère à peine, un ski de rando ultra léger (900g par exemple) dans les pieds d’un skieur débutant sera assez proche d’un ski de fond sur une piste de ski alpin. Après quelques années d’expérience, on peut skier un ski léger aussi fort qu’un ski large, si on a les cuisses et la technique évidemment ;-)

A savoir : le poids indiqué sur un ski de rando par la marque est le poids par ski à +-50g qui est la tolérance normale par ski dû aux quantités de colles badigeonnées avant le passage des skis sous presse lors de la fabrication. Quelques écarts sont donc encore possibles entre les poids indiqués sur les fiches techniques et le poids d’un même ski acheté en magasin.

Fabien à l'accueil de son atelier spécialisé ski de randonnée
En magasin, la balance n’est jamais bien loin de Fabien :-)

2- Les lignes de cotes d’un ski de rando

Les lignes de cotes des fabricants sont exactes au mm près.
Exemple : 122 -86 -105 correspond à 122mm de spatule, 86mm au patin (sous le pied) et 105mm de talon.
Les lignes de cotes permettent de déterminer la surface d’un ski et donc sa portance. Elles indiquent également sa géométrie, ses proportions et son rayon de courbure…

Elles permettent de cerner si le ski possède un rayon large, semi-parabolique (rayon moyen) ou très parabolique (rayon très court). Ces différences de rayon des différences de comportement importantes sur le terrain.

Lignes de cotes d'un ski Fischer Transalp
Lignes de cotes d’un ski Fischer Transalp

Aujourd’hui la largeur du patin n’est plus assez significative pour déterminer une famille de ski. En effet, il existe aujourd’hui des skis larges (88mm au patin) et pourtant ultra-léger (1000g) qui entreront plutôt dans une gamme de skis « légers » orientés « performance » à la montée. Autre exemple, vous pourrez trouver un ski de 82mm au patin de 1500g conçu pour monter en station sur les itinéraires balisés et redescendre sur les pistes damées des stations de ski.

Une jolie trace de montée comme on les aime en ski de rando…

3- La longueur d’un ski de rando

Les longueurs des skis de rando sont indiquées à titre informatives. Les fabricants mesurent différemment les skis soit à longueur déroulée soit à la toise verticale. Un ski indiqué en 164 dans une marque peut faire la même taille qu’un 162 dans une autre marque. N’hésitez pas à nous consulter pour connaitre la longueur exacte d’un ski…

Comment choisir la bonne taille d’un ski de rando ?

Il n’y a pas de règles strictes pour bien choisir la taille d’un ski de randonnée. On peut tout aussi bien skier un ski de rando à sa taille, à +5cm ou plus court de -5cm/-8cm. Cela dépend de son niveau de ski et de ses attentes par rapport au terrain et à la période de prédilection (ski tout l’hiver ou ski de printemps).

Ainsi, par exemple, un skieur de bon niveau de 1,77m peut tout à fait choisir un ski de rando polyvalent à 85mm au patin en 178cm (+1cm) ou en 171cm (-6cm). Tout dépendra de ses objectifs et de ses attentes…

Choisir un ski à sa taille

Un ski à sa taille est plus stable, plus accrocheur. Il tient mieux à grande vitesse. Il aura une meilleure portance dans la poudreuse fraîche de la veille (50/60cm) surtout si on porte un bon sac à dos de 30L chargé. On n’aura pas à se pencher en arrière. Ce ski aura des appuis francs qui resteront à la verticale de son patin.
Par contre, sa longueur sera plus gênante à la montée lors des conversions, dans les sous-bois et en forêt… Il faudra aussi y penser sur les petits sentiers, dans les arcosses, dans les couloirs étroits etc…

Il est idéal pour les passionnés qui skient en rando de novembre à mars, toujours à la recherche des combes au nord et de la poudreuse. Pour toutes ces raisons, les skis freerando et freeride se choisissent plutôt à la taille voir même +5cm pour les avides de vitesse.

Les bons skieurs dit « experts », les moniteurs de ski, les guides, les pisteurs sélectionnent en général des skis à la taille voire plus grands pour pouvoir prendre plus de vitesse et mieux gérer les moyennes et grandes courbes en profonde et en neige traffolée.

Opter pour un ski plus court

Un ski plus court (-5cm à -8cm) est idéal en ski de printemps (mars à juin) lorsque l’on monte sur une neige regelée et descend sur la moquette de 5cm de neige transformée. Les skis courts sont plus joueurs et vivaces en descente.

On aime alors beaucoup faire de la godille dans 30 à 50cm de neige fraîche voir des courbes moyennes mais pas à trop grande vitesse. Par contre, avec une neige très profonde, un ski court à une fâcheuse tendance à s’enfoncer et nous obliger à compenser en arrière voir se retrouver « à cul » surtout avec un sac à dos… C’est également le ski de prédilection des raids à ski.

Le ski court sera plus léger à la montée, très facile en conversion même en pente raide, dans les sous bois et la forêt. Il est évidemment conseillé pour les skieurs de randonnée débutant à intermédiaire. Si le ski court est utilisé pour se lancer dans l’activité, il l’est aussi par les experts à la recherche de performance et de rendement à la montée. Toujours est-il que le meilleur ski (court ou long) dépend des habitudes de ski propre à chacun, son type de massif, et le groupe avec lequel on évolue régulièrement.

À propos de la largeur des skis

Petits virages ou ou grandes courbes ?

Un ski large offrira une sensation de facilité en descente, mais il sera aussi plus pataud et moins vif. Certains diront même que les skis larges n’offrent pas de plaisir, que rien ne vaut une bonne godille ! D’autres, plus jeunes, rétorqueront qu’à mach 2.0, en grandes courbes, il n’y a que les skis larges qui font kiffer ! Question de génération…

Descente à ski Ripstick - Elan
Pour se faire plaisir à la descente dans de la poudreuse, il faudra un ski large qui dispose d’une bonne portance ©Elan-skis

Il faut également savoir que plus un ski est large (>82/84mm) plus il est facile à skier et pardonne les petites erreurs. On le skie ainsi plus vite « avec les oreilles », en courbes moyennes à grandes courbes. Par contre, la godille à papa des bronzés est à proscrire dès l’usage des skis >88mm ;-)

Quelques remarques

Attention à ne pas vous retrouver avec des skis de 108mm au patin et 1800g le ski, montés avec des fixations Kingpin de Marker avec vos copains en skis de 850g montés avec des Plum Race 99 au risque de ne jamais les voir de la journée. Ce serait un peu comme arriver le matin avec un vélo de descente tout suspendu (DH pour les puristes)… Ou arnaché comme un hockeyeur au départ du Tour de France. Vous ne tiendriez que les 50 premiers mètres :-)

Vous reprendrez bien un peu de poudreuse ?
Une petite envie de poudreuse pour cet hiver ? Rien de tel qu’une sortie en ski de rando ;-)

Notre avis sur le choix d’un ski de randonnée

Logo Avis Montania Sport

Bien identifier ses besoins et sa famille de ski

Afin de choisir votre ski de randonnée idéal, il est avant tout nécessaire de déterminer sa famille de ski (ski léger, ski polyvalent, ski freerando/ freeride) en fonction de son type d’utilisation. Part-t-on pour une sortie 100% rando, une rando légère avec de beaux dénivelés, une classique, de la freerando…
Une fois ce choix réalisé, il reste à comparer les meilleurs rapports de portance / poids. Puis, de faire entrer le tout dans son budget prévisionnel.

Le lieu de pratique, à considérer dans l’équation

Nous vous conseillons de vérifier quel type de matériel amènent vos amis, votre entourage, votre guide, votre club alpin etc… S’ils skient à la Grave ou aux Grands Montets, prévoyez du large (95mm au patin minimum). Vous pourrez également rajouter un sac Airbag avalanche ! Si les départs se font chaque samedi depuis la station d’Arêches-Beaufort, prévoyez des skis courts et légers. dans ce cas, prévoyez aussi 4/5 barres de céréales, ça monte très vite là haut :-)

Caractéristiques techniques : ligne de cotes et rayon

Même s’il est déterminant, comme nous avons pu le voir, le seul facteur poids ne suffit pas à choisir un ski de randonnée. Il faut le rapprocher également de sa largeur au patin et de ses lignes de cotes. Vérifiez ainsi le rayon de courbe de votre ski préféré en consultant sa fiche technique détaillée. Plus le ski est parabolique, plus le rayon est court (16m /18m) et plus l’entrée en virage est aisé. On écarte les jambes, un peu d’angle et hop, c’est parti. À l’inverse, pour skier serré, un genou dans l’autre, optez plutôt pour un ski classique. Avec un grand rayon type 20m, 22m ou 24m : à vous les petits virages serrés et la bonne vieille godille à l’ancienne.

Spatules Ski Trab Magico, Blizzard Zero G et Scott Superguide
Spatules Ski Trab Magico, Blizzard Zero G et Scott Superguide

Vérifiez également la forme et la largeur du talon. Plus il est marqué et large, plus il tiendra à grande vitesse. Plus il est fin, biseauté ou à queue d’hirondelle, plus il facilite les enchainements de petits virages. Même chose pour les spatules : plus elles sont larges et plus elles portent en poudreuse et tiennent en grand courbes. Plus elles sont fines, et plus elles vous facilitent les enchainements de petits virages.

Talons Ski Trab Magico, Blizzard Zero G et Scott Superguide
Talons Ski Trab Magico, Blizzard Zero G et Scott Superguide

L’ADN du ski : sa construction et sa composition

Enfin, prenez le temps de détailler la construction et la composition d’un ski, ses différentes couches / strates, le type d’essence de bois utilisée (souplesse / rigidité), ses renforts en fibre de verre ou fibre de carbone (confort ou tonus) qui forment le véritable ADN du ski.
Quelle est son degré de rigidité en torsion, son flex ?
A-t-il des chants droits pour la pente raide ?
Des chants ABS pour absorber les vibrations en neige béton ?
Autant d’informations supplémentaires qui s’ajoutent au facteur poids et sont déterminants sur les qualités du ski, sa durabilité et les qualités qu’il apportera à vos descentes :-)
Enfin, pensez à vérifier le type de fabrication et l’origine de votre ski. Est-il fabriqué à la main en Italie (Skitrab) ? En Autriche (Atomic, Fischer) ? En Europe (Dynastar, Elan, Scott), ou en Asie (K2 etc…) ?

Pour aller plus loin…

N’hésitez pas à nous contacter par e-mail sur info@montania-port.com lorsque vous hésitez encore entre 2 ou 3 skis de rando différents. Nous essayerons de vous éclairer sur les subtilités de construction afin de vous conseiller au mieux.

Si toutefois, vous n’avez pas le temps d’entreprendre ces recherches, vous pouvez également sélectionner un pack ski de rando pré-établis (ski+fixations+peaux). Lire ici notre article : Comment choisir un pack ski de rando ?

Les testeurs de Montania : Cédric, Niels, Manu et Fabien
Les conseillers, testeurs de Montania pour vous aider à choisir un ski de randonnée idéal : Cédric, Niels, Manu (sans casque, même pas peur) et Fabien

Merci de votre lecture.

Retrouvez un grand choix de ski de randonnée en vente dans notre magasin spécialisé ski de rando (expert en Savoie depuis plus de 15 ans) Montania Sport de Chambéry et sur notre boutique en ligne à la rubrique Ski de rando ou en suivant le lien direct ici :

Lien Direct Montania-Sport.com

Achat, vente en ligne et livraison 48H partout en France métropolitaine !

A bientôt :-)
Cédric

9 réflexions sur « Comment choisir un ski de randonnée ? »

  1. Bonjour,

    Merci des informations ! Je suis du Quebec :).
    On a pas la même neige ici (rire)
    Je suis encore un peu mélangée mais votre article m’a aidé :) Merci bien

  2. Merci pour votre article très détaillé. Il permettra au néophyte que je suis d’acheter le moment venu ( dans votre établissement bien sûr) le matériel nécessaire en connaissance de cause.

  3. Pour un néophyte que je suis cet article m’a bien éclairé. Je vais certainement démarrer une conversion en rando moi qui ne suis que piste mais maintenant que nous sommes cloués au pied des remontées c’est le moment de s’y mettre. Merci pour ces conseils précieux. Cordialement. François

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.